Cela faisait un bon moment que notre Blog était au « repos ». Et oui, quand on a goûté à l’aventure, celle-ci a un goût de reviens-y !

On a donc décidé d’aller découvrir une île Française en plein cœur de l’Océan Indien : La Réunion. Bien sûr, on aime bien les défis, alors on se lance dans la Grande Traversée de l’île du Nord au Sud en empruntant le GR2 avec la particularité de bivouaquer.

Après 11 heures de vol, nous arrivons sur le sol Réunionnais. Tout de suite, on ressent cette différence de température et le taux d’humidité. On en profite pour prendre quelques renseignements au point d’information de l’aéroport et nous prenons le bus pour rejoindre notre AirBNB.

DSC00395

Notre petit nid douillet !

Joëlle et Karim nous ont accueilli comme des rois, quasiment tout un étage pour nous. Le voyage a été long et épuisant alors on en profite pour se reposer. Une fois les batteries rechargées, on file se restaurer, visiter le centre ville de Saint-Denis et faire quelques provisions de nourriture.

Jour 1 : Saint-Denis (60 m) – Le Brûlé – Gîte de la Roche Écrite (1830 m)

Après une bonne nuit de sommeil, nous prenons la direction du quartier La Providence où commence le GR2.

DSC00397

Ça promet !

La première journée est une grosse étape car il y a un dénivelé de 1800 m. Après tout si on arrive en haut, on pourra certainement être capable de continuer.

DSC00401

On grimpe au milieu d’une végétation dense sur un chemin accidenté : cailloux, racines… On prend également de la hauteur en apercevant Saint-Denis.

DSC00403

DSC00410

On arrive au premier village : Le Brûlé où on en profite pour faire un ravitaillement en eau (robinet à disposition).

DSC00416

Les habitations locales !

 A La Réunion, les toits sont en tôles car cela permet une meilleur résistance en cas de cyclones. On peut remarquer également que toutes les maisons sont équipées de panneaux solaires.

Sur le chemin, on croise également la faune locale. Heureusement, Romain est en tête…

DSC00420

La bibe !

DSC00408

et beaucoup d’oiseaux.

DSC00427

DSC00433

Le cardinal Rouge ! Espèce d’origine Malgache !

 Puis on s’accorde une pause au Mamode Camp.

DSC00425

C’est un endroit aménagé pour pique niquer en famille avec des points d’eau et des barbecues à disposition.

Nous rentrons ensuite dans le Réserve Naturelle de la Roche Écrite où nous avons croisé des gardes forestiers. C’est dans environ 12 km2 de cette réserve que vit l’oiseau endémique mais malheureusement menacé de La Réunion : le tuit -tuit. La population de cette espèce protégée est estimée à 50 reproducteurs en 2015.

On pénètre ensuite dans une zone plus tropicale, plus humide.

DSC00434

Fougères arborescentes !

DSC00437

De la boue !

DSC00442

De la mousse !

La dernière heure de marche commence à être longue. En effet, cela commence à faire un petit moment que nous avons débuté cette ascension.

DSC00444

Mon homme qui m’attend !

Mais là encore la végétation change. On rentre dans un environnement plus mystérieux, secret, un côté un peu magique.

DSC00449

DSC00450

Avec des champs de pâquerettes qui nous ouvrent la voie.

DSC00454

DSC00443

DSC00452

Nous arrivons enfin au Gîte de la Roche Écrite.

DSC00458

Sympathique !

On nous montre l’endroit pour bivouaquer et y en a un qui s’impatiente pour monter sa Tarptent.

DSC00459

DSC00461

Il est pas beau notre campement !

On en profite pour se doucher, faire la lessive avant d’aller au gîte où nous avons un bon repas de servi : soupe de légume, boucané pomme de terre. Humm un vrai régal !

Jour 2 : Gite de la Roche Écrite (1830 m) – Roche Écrite (1853 m) – Dos d’Âne (1130 m)

Notre première nuit sous notre tente a été réparatrice : des matelas confortables et des duvets douillets… Malgré un vent important toute la nuit, elle a bien résisté.

Lors du repas d’hier soir, certains ont décidé de partir à 3h30 du matin pour voir le lever de soleil. Pour notre part, quelques heures supplémentaires n’étaient pas de refus et nous décollons à 6h30. Nous laissons un maximum d’affaires dans notre tente car il s’agit d’un aller-retour.

DSC00486

En route mauvaise troupe !

La végétation n’est pas très haute. On aperçoit des arbres qui sont recouverts de filaments, peut-être du lichen.

DSC00462

Le soleil montre le bout de son nez !

DSC00464

On marche sur d’anciennes coulées de lave.

DSC00468

Au fur et à mesure que l’on avance, on se découvre car le soleil tape de plus en plus. On croise les lèves tôt qui n’ont pas vraiment été chanceux, on verra bien…

Après 1h30 de marche, nous arrivons au sommet où un vent glacial perdure. Effectivement, il y a beaucoup de nuages donc la probabilité de voir l’île dans son intégralité est un peu limitée aujourd’hui.

DSC00474

DSC00475

Col du Taïbit, Le Grand Benare (à droite) à l’horizon !

En fait, il suffit juste d’être patient car cela se couvre et se découvre rapidement. On finit par apercevoir le Cirque de Salazie.

DSC00484

Impressionnant cette grandeur et profondeur !

DSC00477

Le cirque de Mafate !

En descendant la vue est magnifique avec cette lumière, cette végétation et les nuages à l’horizon.

DSC00489

DSC00491

DSC00494

De retour au campement, on range nos affaires et on en profite pour petit déjeuner avant de reprendre la route.

DSC00498

Nous marchons à travers une végétation dense sans d’autre visibilité que le chemin.

DSC00502

DSC00504

Il y a énormément de pièges à rat, le chiffre parle de lui même.

DSC00506

Les gardes forestiers ont mis en place ces pièges car les rats sont le principal fléau concernant la disparition de l’espèce endémique de La Réunion : le tuit-tuit. En effet, ils s’attaquent aux œufs.

Au bout de plusieurs heures de marche sur les crêtes, on commence à apercevoir la grandeur du cirque de Mafate.

DSC00514

DSC00508

On poursuit et nous avons enfin notre récompense avec une vue dégagée.

DSC00523

On a déjà entamé la descente en direction de Dos d’Âne et les articulations surtout les genoux commencent à être douloureux.

DSC00520

Charlie au milieu de la crête et Dos d’Âne sur la droite !

A ce moment, en discutant avec un couple, ils nous ont conseillé de passer par Cap Noir pour rejoindre la ville. Par contre, sans que cela paraisse, ils ont oublié de nous dire que cela nous rallongeait beaucoup. Cela fait déjà un sacré bout de temps que nous marchons et la fatigue et les douleurs commencent vraiment à se faire ressentir.

DSC00534

On est quand même ravi !

Allez on tient le bon bout. La veille au gîte des personnes nous ont indiqué un emplacement pour planter la tente juste à l’arrivée du sentier. Malheureusement, il n’y avait pas de point d’eau. On décide alors de descendre jusqu’en ville. On hésite à aller en gîte puis on discute avec un couple sur leur terrasse qui nous indique un coin à côté de la mairie.

DSC00538

On va d’abord se ravitailler à la supérette et on y croise Olivier et Marie Noëlle rencontrés la veille qui sont installés là bas. Eux aussi, ils voyagent comme nous en t